Le monument aux Morts

Un farouche réquisitoire contre la guerre.

Imaginé en 1918, édifié en 1922, objet de vandalismes dans les années trente, il ne fut inauguré qu’en 1947 lors de l’inscription des victimes de la guerre de 39-45.

Inscrit en 1989 par décret préfectoral sur l’inventaire des monuments historiques.

L’histoire du monument débute comme partout en France par une délibération du conseil municipal en date du 8 décembre 1918. Pierre Monot , le maire de l’époque, veut « quelque chose de bien qui ait son originalité locale, sinon il préfèrerait ne rien faire du tout ». On évoque déjà l’idée de faire figurer les portraits émaillés des soixante quatre disparus.

Les plans du sculpteur roannais Jean-Baptiste Picaud sont présentés en séance du 25 janvier 1920, et le plan de financement faisant état des diverses subventions le 30 octobre 1921.

Le monument est érigé en 1922 sur la place de l’église.

La grande originalité du monument est le texte pacifiste qui figure au dos et dont on ne trouve aucune trace dans les délibérations. Elles ont été gravées en 1928.

Le 4 décembre 1930, le monument est dégradé, son caractère pacifiste et antimilitariste ne semble pas plaire à tout le monde comme en témoigne la circulaire anonyme diffusée peu avant et intitulée « Le scandale du monument aux morts ». Ce tract appelait les anciens combattants à « exécuter le nettoyage nécessaire et débarrasseront leurs camarades de l’intrus et de sa protestation contre la guerre. »

Un second acte de vandalisme sera commis le 31 janvier 1932.


Consultez les textes du monument :

PDF - 6.3 ko
Textes du monument