Hommage à Pierre Monot




La Place de l’Eglise devient la « Place Pierre MONOT ». Qui était Pierre MONOT ?








Pierre MONOT, né à St Martin le 26 avril 1866 dans une famille d’agriculteurs (domaine de La Roënne) fut élu Conseiller Municipal dès 1892 (à 26ans), puis Conseiller Général du canton de La Pacaudière en 1897, et enfin Maire de St Martin en 1907.

Qu’il soit élu municipal ou élu départemental, deux préoccupations marqueront son activité avant le conflit mondial :

  • les problèmes du monde paysan et sa modernisation.
  • le développement de l’instruction et de l’école publique. Nous sommes seulement quelques années après les lois de Jules Ferry ayant rendu l’enseignement gratuit, laïque et obligatoire. L’école publique de filles de Saint Martin ouvrira ses portes en 1904.

    Puis survient le conflit mondial. Pierre MONOT s’élèvera souvent, et de plus en plus fort, contre cette guerre qui s’enlise en une gigantesque boucherie, broyant des vies par centaines de milliers… 64 à Saint Martin !

    La paix revenue, chaque ville ou village va édifier son monument aux morts. Celui de Saint Martin ‘’ne sera pas comme les autres’’… Pierre MONOT y traduira sa profonde conviction pacifiste par un ardent plaidoyer gravé sur la face sud de l’édifice. Ce plaidoyer, bien sûr, ne fit pas l’unanimité. Le monument achevé en 1922 ne fut jamais inauguré officiellement. En décembre 1930 et janvier 1932, il fut fortement vandalisé, ce qui souleva l’indignation des Saint Martinois. Toutefois, il reste aujourd’hui l’exemple des Monuments Pacifistes (une vingtaine en France). Il est maintenant référencé dans les manuels d’histoire des écoliers.

    Pierre MONOT a mis entièrement sa vie au service de la collectivité et en guise de dernier geste, il rédige son testament par lequel il lègue au « Bureau de Bienfaisance » de la commune (devenu aujourd’hui le C.C.A.S.) le Domaine Barret à Saint Pierre Laval comprenant bâtiments, bois et terrains. Les revenus de ces biens serviront à entretenir sa tombe et alimenteront la Caisse des Ecoles Laïques de Saint Martin pour l’entretien de la cantine scolaire.
    Par ce testament, il organise même ses funérailles civiles, demandant un arrêt du convoi funèbre devant le Monument aux Morts « …en guise de protestation ultime contre la guerre et ses crimes … » Testament déposé chez le notaire le 05 août 1931, Pierre MONOT meurt le 17 novembre de la même année.

    Forte personnalité, pacifiste, généreux bienfaiteur, il nous a semblé légitime que la place portant son Monument porte également son nom.






Sources : archives municipales et ouvrage « Guerre à la Guerre » de P. et D. ROY.